Maternage proximal : explications, avis et dangers autour de “l’instinct maternel intensif”

Le maternage proximal, ou maternage intensif, est un principe qui repose sur la théorie du psychiatre John Bowlby qui a noté que l’attachement est un des besoins primaires d’un nourrisson, au même titre que dormir ou manger. Dans les années 1990, c’est le pédiatre américain William Sears qui a popularisé cette idée sous le terme « attachment parenting » et qui en a établi les principes. Il convient de noter que malgré la traduction maternage, les papas peuvent tout à fait prendre part à ce type d’éducation. Dès lors, l’objectif de ce maternage est de créer une proximité quasiment semblable à celle de la grossesse en étant entièrement à l’écoute des besoins de son bébé pour pouvoir y répondre avec soin, patience et tendresse. L’idée est ainsi de permettre à votre enfant de grandir et s’éveiller dans un environnement où il se sent extrêmement bien et donc en pleine confiance.

Les pratiques du maternage proximal

Il existe cinq grands éléments qui constituent le maternage proximal.
Tout d’abord le peau à peau qui commence dès la maternité. En effet, il est fréquent de proposer aux jeunes parents de tenir leur bébé contre leur torse nu afin de l’apaiser et de créer un premier lien à travers l’odeur et la chaleur de la peau. Le maternage intensif encourage les parents à continuer à le faire une fois de retour à la maison, en particulier lors des trois premiers mois.
Un deuxième élément qui suit la même logique est le portage. En effet, l’objectif est encore de rassurer votre bébé grâce à la chaleur corporelle ainsi que votre battement de cœur. En outre, le portage en écharpe ou en porte-bébé permet à votre bébé d’être dans une position physiologique optimale pour son développement corporel.
L’allaitement tardif et à la demande est le seul élément du maternage proximal auquel le papa ne peut évidemment pas participer. Il convient de rappeler que l’Organisation Mondiale de la Santé recommande l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois et d’allaiter jusqu’à 2 ans. Outre les bienfaits évidents du lait maternel cela permet de maintenir un lien unique entre la mère et l’enfant. Dès lors, le maternage intensif recommande de ne pas fixer de date maximale de fin d’allaitement mais plutôt d’attendre le sevrage naturel de l’enfant.
Un des points les plus controversés du maternage intensif est le cododo. En effet, nombreux sont les détracteurs à affirmer que cela augmente les risques de mort subite du nourrisson pendant la nuit ainsi que le risque d’asphyxie. Si vous souhaitez pouvoir dormir sereinement tout en pratiquant le maternage proximal vous pouvez opter pour un berceau qui se colle au lit conjugal ou pour le cosleeping où bébé dort dans un lit séparé mais dans la même chambre que les parents.
Enfin un dernier point dont on entend moins parler est le langage des signes. En effet, le but du maternage intensif étant de répondre au mieux aux besoins de l’enfant il s’agit là d’essayer d’établir une communication avec lui alors qu’il ne peut pas encore parler. Ainsi, dès 7 mois, vous pouvez tenter d’apprendre certains signes à votre bébé pour qu’il puisse exprimer des envies simples tels que dormir, boire ou encore un câlin. Cela nécessitera de la patience mais vous permettra de satisfaire au mieux les besoins de votre enfant.

Les critiques autour du maternage proximal

Ainsi, malgré les critiques, indiquant principalement que les enfants élevés en maternage proximal seront trop couvés et risqueront de ne pas être aussi autonomes que d’autres enfants, et le fait qu’évidemment le maternage proximal ne convient pas à tout le monde, l’essentiel est d’écouter les besoins de votre propre famille afin d’adapter en fonction du ressenti par rapport à votre bébé. De plus, la reprise du travail par les parents peut mettre un frein au maternage proximal qui nécessite d’être très présent auprès. Enfin, il est indéniable qu’au fur et à mesure que votre bébé grandit il aura plus besoin de liberté et le maternage intensif s’y prêtera peut-être moins. Vous l’aurez donc compris l’important est d’aller à votre rythme et de suivre ce que vous pensez être le mieux pour votre famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.